Comme manipulent l'opinion publique: action à l'appui de YW à Rome

mai 3, 2011 by smart Leave a reply »

Par hasard tombé sur un article sur le portail «l'Italie à la russe» (publié 25.06.2008, auteur Kirillova Svetlana) sous le nom de «Publique de l'allaitement à Rome«. L'article montre comment les fabricants de mélanges peuvent manipuler l'opinion publique, même avec l'aide de groupes de soutien sur l'allaitement. Dans le schéma ont impliqué des représentants de l'organisation publique dans le soutien de l'allaitement et même un député européen. Lire et profitez de prenez note, afin de ne pas tomber dans le même piège.

***

En défendant le droit à l'allaitement dans les lieux publics, plus d'une centaine de mamans se sont réunis à Rome à la manifestation «Je nourris mes seins, où je veux», organisée par l'association «prends soin de maman» («Salvamamme»). Cet événement vise non seulement d'atténuer l'opinion du public à propos de l'allaitement dans les lieux publics, mais aussi prêter attention aux problèmes de mamans qui sont obligés de recourir à l'nourrisson, très coûteux en Italie.

«Les gens encore grincer des dents quand ils voient maman, nourrissante allaitement d'un bambin», explique le président de l'association «prends soin de maman» Grazia ' Passeri, mais ils doivent apprendre que la poitrine n'est pas seulement un objet de désir sexuel. Pourquoi présenter des images des seins d'une femme publiquement considéré comme normal, et la poitrine allaitement ne l'est pas».

L'association avec l'aide de Gruppo Mercurio a organisé une distribution de lait dans la province de Rome, qui à ce jour s'élève à 4000 colis. Ce lait est principalement destiné aux mamans-иностранкам confrontées à des problèmes matériels.

«Nourrir l'enfant artificielle du lait en poudre coûte très cher», affirme Barbara de Rossi, le commissaire de l'Association. — «4 fois plus chers qu'en Allemagne».

Ce problème n'existe pas seulement en Italie: selon le rapport, présenté par le député européen bulgare En Roberta Анжелилли un enfant sur cinq en Europe est né dans la famille, se tenant en équilibre du seuil de pauvreté. En Italie, ce taux est encore pire: dans ces familles naissent chaque quatrième enfant.

«Nous demandons à la Commission de l'UE à prendre des mesures et de réduire la taxe sur la valeur ajoutée sur les produits pour bébés, d'abord sur tous les types de lait en poudre», explique — t-Анжелилли. — «C'est déjà fait en Irlande, le royaume-Uni et la Pologne, par conséquent, nous devons agir de manière décisive et de défendre sa position à la Commission européenne».

Advertisement

Laisser une réponse